Here me roar ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Here me roar ! [Terminé]

Message par Layth d'Anton le Jeu 30 Oct - 10:30

N'oublie jamais
Au lion, la part du lion.
D'Anton Layth
♦ Expérience RP ♦
J'ai commencé le rp alors que j'avais 14 ans, et j'ai depuis administré le même forum (un vieux survivant qui a traversé toutes les modes de forumactif). En règle générale, j'oscille entre 700 et 1200 mots. Parfois j'apprécie de faire du "court" (- de 400 mots) mais sur des événements ou des personnages spécifiques. Je sais que ça peut être perturbant, mais mes dialogues sont précédés du nom de la personne (oui oui comme au théâtre). J'ai tendance à privilégier l'action dans la description, j'ambiance, mais je ne passe pas trois cent mots à contempler. La seule chose qui me dérange, ce sont les fautes de grammaire énormes (surtout les accords des participes passés é, ée, ées, és). J'ai aussi un peu de mal avec la narration en 'tu'...

Dreadeux • Nerveux • Malicieux • Soigné • Noble
Opportuniste • Mesquin • Hédoniste • Sans parole • Insatisfait

Décadence • Colère • Travail • Trahison • Lignée
Petites • Rousses • Mutines • Vives d'esprit • Grands • Blonds • Barbus • Plus vieux
♦ Informations Personnage ♦
Age : 24 ans
Surnom : Lion (Oui oui, Laïeun)
Groupe : Noble
Sexe : Masculin
Etudes/profession : Négociant
Signe distinctif : Une tache de naissance qui prend tout le dessous de son bras droit
Orientation sexuelle : Bi
♦ Description de votre personnage ♦
Dans la petite chambre au bout du grand couloir de la famille d'Anton vivait un jeune homme. Humain, vivant aussi fort que son coeur battait au creux de sa poitrine, il avait la rage de vivre et la fierté d'être. La honte, de ce qu'il avait  été, de ce qu'il avait pu faire. Le secret, de sa réussite, de sa position. Toutes les notions les plus enfouies et les plus sales de son histoire étaient un vague souvenir. Une façade lointaine, un simple échelon de plus dans son ascension fugurante. Il existait. Non parce qu'il respirait, non parce qu'il vivait. Il était lui-même, plein, entier, plus haut que les autres, dominant tous ceux qui, contrairement à lui, n'avait jamais eu le cran de lever la tête.

Dans l'infâme et épaisse couche de fange recouvrant la Cité, Layth était celui qui persuadait les autres de s'entraider pour finalement marcher sur têtes et épaules et dépasser ses anciens amis. Il n'avait aucune attache, aucun ami, aucun amour. Sa famille n'était plus qu'un vague souvenir brûant au creux de la poitrine lorsqu'il se laissait aller à la nostalgie. Il y pensait rarement.

A franc parler, il évitait d'y penser. Ses rêves et ses cauchemars étaient peuplés du regard suppliant de son jeune frère, et d'un sanglant présage, souvenir de sa trahison. Il comptait alors les jours avant sa propre mort, profitant du tabac le plus précieux qu'il avait trouvé. La vingtaine bien entamée, le regard limpide, d'un bleu outremer profond, Layth était une ode à la contradiction. Il arborait un ensemble toujours impeccable mais se tenait plus courbé qu'un voyou. Son visage était propre, rasé de près, mais ses cheveux enroulés en dreadlocks lui tombant le long du dos. Et s'il redoutait chaque jour la mort un peu plus, il la précipitait de toutes les façons immaginables.

Son métier était une si grande source de stress qu'il se noyait entre les jambes d'une jolie fille ou les bras d'un homme plus fort que lui dès qu'il en avait l'occasion. Il buvait beaucoup, fumait plus encore, et dormait si peu qu'il était régulièrement forcé de rattraper son sommeil hebdomadaire en une seule fois. Layth, Lion, le négociant le plus chanceux et redoutable de la Cité, avait été anobli. En d'autres termes, il s'était élevé. Du moins, pour lui. La condition la plus ironique de sa libération était un nouvel asservissement à qui, bien plus puissant que lui, aurait besoin de se reproduire.

Il était plutôt doué, il avait le flair pour deviner les intentions de l'autre lorsqu'elles étaient troubles. Issu d'une famille moyenne, dans le rang, oscillant entre pauvreté et niveau de vie relatif, il avait appris à observer les habitudes de consommation des autres. Il savait garder précieusement les ressources lorsqu'elles étaient abondantes. Puis, lorsu'elles venaient à manquer, et au lieu de les consommer, ils les vendait au plus offrant. La nourriture allait et venait au gré des caprices du hasard, mais sa fortune augmentait un peu plus chaque jour. La monnaie gonflait puis s'effondrait, mais il la conservait précieusement. La honte de sa famille, le radin qui ne partageait jamais. Il se mit rapidement son frère ainé à dos, qui, dans la fougue de son jeune âge, le jugeait incapable, inutile, égoïste et profondément soumis au système.

La vérité était bien plus cruelle, car pour garder un niveau de richesse constant, Layth n'avait jamais hésité à vendre son corps pour subsister. La seule constante était le temps. L'espace, la puissance et l'amour allaient et venait. La joie et le bonheur étaient deux notions abstraites. Seul le tic tac des horloges poursuivaient inlassablement leur cours, rappelant chaque seconde qui s'écoulait que sa propre mort approchait.

Pourquoi vivre pour les autres lorsque la mort était imminente ? Qu'est-ce que c'était que soixante ans - s'il était chanceux - lorsque des entités supérieures en vivaient plusieurs centaines ? Il serait bientôt ridé, âgé, défraîchi, bon à enterrer. Alors, pour lui qui n'avait d'autre savoir faire que son propre corps et le commerce, vendre ses charmes était logique. Et cela paya même plutôt bien. A l'abri de la misère la plus épaisse de la Cité, Layth n'était cependant jamais satisfait. Humain, il avait compris en grandissant qu'il ne trouverait la paix qu'en accédant aux castes supérieures. Et comme il ne pouvait "devenir" vampire, il devait les servir personnellement.

La décadence. Le plan avait été complexe à élaborer, et si sombre que personne dans son entourage n'osait encore croire qu'il en avait été à l'origine. Layth connaissait la faiblesse de son frère ainé pour la colère. Son goût de la révolte et ses convictions profondes. Il le poussa, discrètement, à rejoindre d'autres, plus violents, plus virulents. Des rebelles. Puis, il l'y laissa, feignant d'en être affecté.

Depuis longtemps, Layth n'accordait plus aucune valeur aux liens du sang. Pourtant, sacrifier sur l'autel de l'ambition la chair de sa chair le dérangeait. Non parce qu'il en avait honte. Mais parce qu'il se rendait compte que dans un monde normal, dans des circonstances normales, dans une société normale, jamais il n'en aurait été question. C'était l'opression des plus grands qui le poussait à tout abandonner. Et bien, cela lui convenait. Si pour vivre confortablement il devait renier jusqu'à son sang, il le ferait. La seule personne vivant sa vie, c'était lui. Les autres ne faisaient que le croiser.

Les cauchemars qui hantaient ses nuits l'assaillaient de plus en plus fort à mesure que l'anniversaire de l'exécution de son frère approchait. Il se souvenait de son visage tuméfié, de ses dents manquantes, de son corps si faible qu'il ne parvenait plus à tenir, sur le piloris. Il avait fixé sans ciller sa semaine de Place des Pourris. Et puis, lorsque finalement on avait décidé de prononcer la sentance, il s'était éloigné. Tournant le dos à sa famille pour le bien des grandes familles.

Aujourd'hui, le mal qu'il s'infligeait tenait à une incertitude. Son frère était-il toujours en vie ? En vie mais mort, réduit en esclavage, lavé de toute idée rebelle. Et lui, anobli. Confié aux mains de la famille d'Anton. Il avait vendu son corps pour la richesse, sa famille pour un rang social. Il ne lui resterait bientôt plus que le stock de marchandises rigoureusement tenu sous clef ici, dans le manoir d'Anton.

Le dernier soupir de sa cigarette crépita un instant, éclairant le visage du jeune homme. Il écrasa de sa main sertie d'une épaisse chevalière ce qui l'avait détendu l'espace de quelques minutes. Ramenant en arrière ses dreadlocks, Layth s'enroula silencieusement dans les couvertures. En position foetale, recroquevillé au bout de son lit, il serra en tremblant tout ce qui lui restait. La conviction qu'un jour, quelque part, il trouverait une raison d'être satisfait de son existence.
Fiche par Arrogant Mischief sur Epicode, retouchée par Eric Von Bunckenmark


Dernière édition par Layth d'Anton le Ven 31 Oct - 1:41, édité 5 fois
Layth d'Anton

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle:
Métier:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Here me roar ! [Terminé]

Message par Eric Von Bunckenmark le Jeu 30 Oct - 10:47


Bienviendue parmi nous, ô sec... prem... Noble ! (Chais pas si on peux compter Rose comme la première, elle a pas encore de fiche)

Un problème avec le "tu" ? C'est Caly qui va être contente Kappa
Eric Von Bunckenmark

Premier Exorciste
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 16/09/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle:
Métier:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Here me roar ! [Terminé]

Message par Nyméra L. Miller le Jeu 30 Oct - 11:43

Ah, mais je reconnais cette bouteille! Rescapé!
Je sens qu'on va s'entendre, Lion =D

En tous cas heureuse de te voir ici-bas, et je veux connaitre la fin de ta fiche !

_________________
Nyméra L. Miller

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 14/09/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle: Hétéro.
Métier: Dirige le

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Here me roar ! [Terminé]

Message par Layth d'Anton le Ven 31 Oct - 1:42

Merci merci à vous =)
J'ai terminé ma rédaction il me semble '-', s'il manque quelque chose n'hésitez pas !

_________________
Layth d'Anton

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle:
Métier:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Here me roar ! [Terminé]

Message par Eric Von Bunckenmark le Ven 31 Oct - 1:59

Bon, euh, on a pas fini le message de validation encoooore du coup désoléééé on pourra pas te valid-

NAAAAAAAAAAAAAAH !!! WELCOME, STRANGER ! T'es validey ! Premier Noble, youpi ! *^*
Eric Von Bunckenmark

Premier Exorciste
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 16/09/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle:
Métier:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Here me roar ! [Terminé]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum