Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. [Pv - Chimero Assawanon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. [Pv - Chimero Assawanon]

Message par Esther E. Wilson le Mer 3 Déc - 7:12



À ce qu'il parait, autrefois, la vie grouillait ici-même. Les lumières colorées scintillaient à droite et à gauche. Les enfants courraient gaiement sans se retourner des alentours. L'endroit raisonnait de musiques, de mélodies en tous genres, c'était beau, c'était gai. Que reste-t-il aujourd'hui, si ce n'est de vieux tas de fer, rongés par la rouille et abîmés par le temps, qui depuis, a largement défilé ? Rien. Les enfants ne crient plus et les mélodies n'existent plus. Les lumières ne brillent plus et le silence règne en total maître des lieux. La végétation reprend partiellement ses droits ici et là, le sol est sale. Sous nos pieds crépitent le son des ordures laissées là, ce à chacun de nos pas. La légère brise fait grincer les nacelles suspendues dans les airs. Un décor digne d'un film d'horreur sans doute. Est-ce effrayant ? Beaucoup le confirmeraient, avouons juste qu'ils sont couillons aussi... Esther quant à elle, se plaît à se promener ici. Sans jamais prendre en compte les quelques mises en garde qu'on aurait pu lui faire. C'est laid et c'est lugubre, mais c'est désert. Les chances de tomber sur quelqu'un sont minces. À vrai dire, depuis qu'elle fréquente les lieux, elle n'a encore jamais rencontré personne et c'est certainement pour cela qu'elle y revient à ses heures. Calmement et comme tous les jours, la luminosité du jour laisse place à l'obscurité de la nuit. Le soleil se couche doucement à l'horizon et donne une ambiance davantage lugubre à ce qu'on appelait auparavant, la foire.

Comme d'habitude, elle en fait lentement le tour. Il n'y a probablement plus rien à voir, et pourtant. Certains disent que les mécanismes, les moteurs peuvent encore fonctionner. Peut-être faudrait-il essayer un jour, peut-être oui. Une autre fois sûrement. À défaut de quoi, après avoir inspecté les lieux, la jeune femme prend place sur l'un des chevaux du vieux manège. Lui non plus n'a pas résisté à l'épreuve du temps, et c'est dommage. Le vernis n'est plus et la peinture est largement atténuée, voir écaillée par endroits. Quelques coups, et voilà. Les vestiges du passé. Quelques bruits surgissent aux alentours, ce qui est fréquent en fin de compte. Des petites bestioles, le vent, allez savoir.

Depuis son arrivée, Esther est au courant de ce qui se trame dans la cité des ombres, cependant, peut-on dire qu'elle y croit réellement ? Elle a bien vu des gens fameusement arrangés par ce que l'on pourrait appeler des bêtes sauvages. Elle a perdu de vue des gens qu'elle croisait fréquemment. Certains arguments pourraient fonder les déclarations faites, mais autant dire qu'elle n'y fait pas plus attention que cela. Il est bien plus intéressant de mener sa petite vie tranquillement plutôt que de suivre au pied de la lettre les recommandations de tierces personnes. Tout du moins, c'est son avis.

Au bout de quelques minutes, un bruit strident brise le calme qui s'était installé depuis que la jeune femme s'était posée. Comme si un bout de ferraille en percutait un autre, un peu plus loin. Une petite ombre, similaire à un chat, un chien de petite taille ou encore une autre bestiole s'en va au loin, surprise par le vacarme. Esther quitte alors sa monture faite de plastique et suit la direction de la petite bête. Celle-ci s'étant arrêtée à quelques pas plus loin, un chat. Maigre et à vue d'œil, plutôt mal en point. Ce dernier cherchait probablement à manger avant de faire tomber ce sur quoi il avait grimpé. En s'approchant de trop près, la demoiselle l'effraie davantage. Elle qui pourtant était à deux doigts de l'attraper. Ce pourquoi, elle se met à le suivre, tentant de l'appâter avec un vieil emballage. "Mais viens ici !" La bête navigue entre les différents manèges, Esther en fait de même jusqu'à ce qu'il disparaisse, laissant la jeune femme au milieu de nul part, l'obscurité presque tombée. Elle soupire doucement avant de continuer à avancer afin de quitter les lieux. Tant pis, elle réessaierait demain.


© Didi Farl pour Never-Utopia

Esther E. Wilson

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/10/2014

Feuille Perso'
Liens:
Orientation sexuelle:
Métier:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer. [Pv - Chimero Assawanon]

Message par Chimero Assawanon le Jeu 4 Déc - 22:07




Nous sommes chacun notre propre démon et nous faisons de ce monde notre enfer.

Voilà maintenant un peu plus de deux mois qu'il avait accueilli Kanon chez elle et il fallait dire qu'il n'avait pas perdu de temps pour s'occuper d'elle : à peu près une semaine après, elle gémissait déjà dans ses bras. Autant dire qu'il était vraiment heureux et cela le motivait encore plus dans son boulot. Parce que oui, même si en ce moment il passait beaucoup plus de temps chez lui qu'à bosser, il avait un boulot à la base : chasseur de prime. Et en ce moment, il était sur la trace d'une personne peu fréquentable. Malheureusement pour lui, ce boulot, aussi payant soit-il, le forçait à ne pas rentrer chez lui le soir : cela faisait trois jours qu'il errait dehors et donc, trois jours qu'il ne l'avait pas vu. Autant dire qu'il était de très mauvaise humeur. D'ailleurs, à chaque fois qu'il se retrouvait seul, il pestait en disant que la première personne qu'il verrait, il s'en prendrait à elle. Il était de trop mauvaise humeur et vu qu'il alternait entre sa forme humaine et sa forme animale, autant dire que ses hormones étaient au bord de l'explosion.

Marchant dans le noir pour chercher un endroit où dormir, il se retrouva dans une foire. Enfin, en voyant les lieux, c'était une ancienne foire. Mais cela ne le dérangeait pas, bien au contraire. C'était le genre d'endroit où il aimait aller se planquer pour éviter des gens. Mais cette fois-ci, il y allait seulement pour pouvoir se reposer en paix : il allait avoir besoin de toute sa force physique et mentale pour supporter sa prochaine journée. C'était son dernier jour pour tuer sa victime. Alors pour mieux dormir, il se mit en ours pour pouvoir se réchauffer avec ses poils. Ce grand bêta était un métamorphe qui pouvait se transformait en ours. Il se laissait doucement bercer dans les bras de Morphée. Il en avait besoin, surtout qu'en tant que chasseur de prime, il devait souvent lutter contre des brutes comme lui. Ce métier était assez dangereux et c'était aussi pour cette raison qu'il ne voulait pas emmener sa belle.

Dormant doucement, il fut réveillé par un bruit. Même s'il avait été surpris, il ne fit pas spécialement de bruit. Dans son métier, il fallait savoir garder son sang-froid tout le temps. Une terreur nocturne ne devait pas faillir la mission. Même si pour ça, il avait un super camouflage : sa capacité à se transformer en ours lui permettait de se cacher de ses victimes. Personne n'irait penser que l'ours qui se trouvait en face de lui était en réalité un chasseur de prime. D'un autre côté, il devait aussi faire très attention : les métamorphes étaient une espèce très demandée par les vampires. Ces buveurs de sang ne supportaient pas de voir des gens aimer la liberté comme eux. Alors il cachait son pouvoir au maximum. Dans ce monde, il n'y avait que trois personnes qui connaissaient son pouvoir : sa belle et ses parents. Il avait confiance seulement en eux. Bref, il se transforma en ours pour savoir ce qui se passait. S'avançant doucement, il vit en premier un petit chat qui semblait effrayer. Il se transforma en humain pour savoir ce qui se passait et soupira légèrement quand il vit la demoiselle un peu plus loin. Il s'avança vers elle, montant sur le manège.

« Il est bien tard pour voir une femme dans ce genre d'endroit, surtout toute seule. », dit-il en affichant un léger sourire du coin des lèvres. « comment se fait-il qu'une fille, avec un joli minois comme le tien, fait ici, toute seule en plus ? », demanda-t-il en s'approchant d'elle, se retrouvant face à elle.

Même si elle n'était pas à son goût, il voulait s'amuser avec elle. Si elle se promenait toute seule dans un endroit pareil, c'était qu'elle n'était pas comme elle... et vu son physique, il n'allait pas jouer avec elle. Sauf si elle aimait la bagarre : il se rendait compte que c'était à cause d'elle et de sa connerie avec le chat qu'il était réveillé.

Chimero Assawanon

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 13/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum